Deux drôles de bêtes dans la forêt

Mais qui dit vrai dans cette histoire?

LE PITCH: Une petite fille trouve une étrange bête dans les bois et la ramène chez elle. Elle est persuadée de faire ainsi son bonheur. Mais ce n’est pas exactement l’opinion de la petite bête, qui donne à son tour sa version des faits.

Auteur et illustrations de Fiona Roberton

Album à partir de 5 ans 

 publié aux éditions circonflexe

traduit de l’anglais par Julie Guinard

Si vous cherchez un album qui aborde la notion de point de vue ce livre est fait pour vous! Mais pas seulement…

L’auteur Fiona Roberton a eu l’excellente idée de scinder son album en deux parties. Dans chaque partie, le déroulement de l’histoire illustrative est exactement similaire, sauf quelque brefs détails, d’une partie à l’autre.

 

Deux drôles de bêtes dans la forêt. première partie
Deux drôles de bêtes dans la forêt. seconde partie

 

 

 

 

 

 

 

Là où tout devient intéressant c’est lorsqu’on se rend compte que dans la première partie c’est la petite fille qui parle et que dans la seconde c’est l’écureuil. On a donc deux points de vue de l’histoire complètement opposés suivant le protagoniste qui vit les scènes.

Ainsi, on apprend donc que chacun est une étrange bête pour l’autre mais que chacun à son opinion, sa vision des faits et que, par conséquent  les sentiments et les ressentis sont eux aussi bien différents.

A titre d’exemple vous aurez, dans la première partie, la petite fille qui trouve l’écureuil suspendu à une branche et qui pense qu’il gémit tristement.

intérieur album version petite fille

 

Alors que dans la seconde partie vous apprendrez qu’en fait, il chante joyeusement pour les oiseaux.

intérieur album deux drôles de bêtes dans la forêt.version écureuil.jpg

 

Cet album montre à l’enfant l’importance de s’efforcer de regarder le monde sous différents aspects et qu’une réalité peut être divergente suivant d’où on se place.

l’histoire apprend aussi et d’une façon humoristique que les animaux sauvages ne sont pas faits pour vivre enfermé mais que leur bonheur se trouve bien dans la nature, leur milieu naturel.

Un album original qui a reçu le Prix des Incorruptibles 2016/2017.

A lire ou faire lire absolument!

  •  
    4
    Partages
  • 4
  •  
  •  
  •  

Maintenant que tu sais

Voilà l’automne!

Les feuilles mortes se détachent des arbres. Elles virevoltent çà et là pour se poser enfin sur le sol encore humide de la rosée du matin. Elles formeront bientôt un tapis marron favorable à la pousse des champignons. Mais quel est donc ce merveilleux, d’un rouge éclatant et paré de petits points blancs?

D’anne Crausaz

aux éditions MeMo

à partir de 3 ans

C’est l’amanite dont il est question!

Dans ce magnifique album, Anne Crausaz emmène l’enfant à la découverte de ce champignon vénéneux et de son environnement. Au fil des pages et par un jeu de plans larges et rapprochés, elle invite l’enfant à le regarder vivre et écouter ses confidences. Oui, ici c’est le champignon qui parle! L’enfant apprend que l’amanite est toxique mais qu’elle a tout de même un rôle à jouer dans son écosystème.

album “maintenant que tu sais” d’Anne Crausaz

(…) tu pensais peut-être que je ne servais qu’à faire peur dans les histoires de lutins et de sorcières, mais je suis précieuse pour la forêt, alors, maintenant que tu sais… n’oublie pas de me protéger !

album “maintenant que tu sais” d’Anne Crausaz

Un album qui invite au respect de la nature.

Le texte est très court. Il est donc parfaitement adapté aux plus petits. Les couleurs sont contrastées. Le graphisme est épuré comme dans tous les albums d’Anne Crausaz.

quatrième de couverture album “maintenant que tu sais” d’ anne crausaz

Pour voir sa bibliographie c’est .

Pour voir une interview c’est ici.

et ci-dessous quelques uns de ses livres…

Mes premières lectures Montessori

Des histoires à lire seul!

&

Auteurs:

  • Anaïs Galon, professeur des écoles-Formée à la pédagogie Montessori
  • Christine Nougarolles, Orthophoniste et Formatrice Montessori
  • Julie Rinaldi, Linguiste, Formée à la pédagogie Montessori

Illustratrice: 

  • Isabelle Monnerot-Dumaine

A partir de 5 ans édité chez Larousse

Mes premières lectures Montessori sont des séries d’albums classés par étoiles selon le niveau de lecture de l’enfant. Les étoiles sont notées en haut à gauche.

Signalétique “Mes premières lectures Montessori”

Il y a deux histoires par album.

Elles sont imprimées en écriture cursive afin d’ôter toutes difficultés à l’enfant qui apprend à lire.

Des images en fin d’album sont à découper et à associer avec les mots correspondants.

Photo issue du livre Mes premières lectures Montessori chez Larousse

Si vous souhaitez en savoir plus sur cette collection Le site dédié est .

Avis de mon lecteur apprenti: Fier de lire seul, le lendemain il voulait renouveler l’expérience.

Pour vous procurer les albums cliquer sur les couvertures ci-dessous ou celle en haut de l’article.

Et bien d’autres encore sur Amazon.

Les vendanges et l’univers de la vigne

Où l’on part à la découverte d’un métier…

Quand on habite une région viticole on ne peut pas échapper à toute cette agitation au moment des vendanges. Le bruit de la cave coopérative, le matin dès six heure. L’odeur du jus de raisin qui flotte dans l’air. Les routes collantes à cause des raisins et de leur jus échappés des bennes des tracteurs. On peut même croiser des  machines énormes qui ressemblent à des animaux géants.

Les vendanges c’est tout un poème, une saison, des métiers! Nos enfants attendent ce moment toute l’année! Impatients de voir le fonctionnement de la cave et les tracteurs vider leurs récoltes.

Alors voilà une très belle occasion d’en découvrir un peu plus avec deux albums  comme supports.  Dans chacun deux, mais sous un angle différent, on y découvre la culture de la vigne jusqu’à la dégustation du vin.

1-Vendanges 

Il naît de l’envie de partager la culture de la vigne avec les enfants.  

L’album raconte l’histoire d’un petit garçon venu faire les vendanges chez son grand-père : l’occasion pour lui de découvrir la vigne, son biotope, le travail de vigneron et tous ses outils !

 de Gabriel Denizot et Aude Palisson

à partir de 4 ans.

Pour en savoir plus sur le livre, son auteur et illustratrice allez visiter le site dédié.

2.La fête des vendanges

Collection “à travers la fenêtre”.

Le pitch Amazon: Tailler les ceps, traiter la vigne, surveiller, voilà le travail du vigneron. Et quand arrive l’époque des vendanges, l’excitation monte et tout le monde se prépare à la fête.

Un livre doté de films transparents au travers desquelles l’enfant comprend facilement les différentes transformations.

 de Pascale de Bourgoing et Andrée Bienfait

à partir de 4 ans

Si cet article vous a été utile n’hésitez pas à le partager!

Vous connaissez d’autres albums sur le même thème? Merci de me les faire découvrir dans les commentaires et vous aurez mon éternelle gratitude.

 

Apprentissage de la lecture: Comment l’aborder sereinement?

Votre enfant rentre en CP, restez zen!

 

Tout d’abord, faisons un petit tour d’horizon des méthodes pratiquées jusqu’à aujourd’hui et celle qui doit être enseignée en France depuis avril 2018: 

Dans les années 1970 à 1980, on utilisait la méthode dite “Globale“. Cette méthode consiste à apprendre un mot en le “photographiant” ou en le devinant par son contexte. Cette méthode aurait pris naissance en Belgique et serait arrivée en France dans les années 20. Elle fut assez rapidement abandonnée par le constat de l’échec qu’elle engendrait.

Une autre méthode, dite “syllabique” quant à elle apparaît à la fin du 19e siècles. Elle consiste à d’abord apprendre les sons (phonèmes) et les ensembles de lettres (graphèmes) pour ensuite identifier les mots. C’est cette correspondance phonème/graphème qui permet de déchiffrer tous les mots. Elle est perçue comme apportant une base solide et fiable de l’apprentissage de la lecture.

Dans la réalité et très tôt (années 1950) apparaît également des méthodes dites “mixtes” qui combines les deux approches. C’est ce qui était en grande majorité pratiqué dans les écoles jusqu’à aujourd’hui.

Concrêtement, quelles sont les résultats de ses méthodes d’apprentissage dites mixtes? 

On sait qu’en France, à l’entrée en 6ème, 20% des enfants ont des difficultés à lire.

Selon une étude baptisée Pirls (Progress in International Reading Literacy Study, Programme international de recherche en lecture scolaire), publiée tous les cinq ans et paru pour la dernière fois en décembre 2017, mené en 2016, dans 50 pays sur des enfants de 9 à 10 ans, les Français arriveraient 34e au classement et dernier sur les pays européens. Cette étude récupère des données comparatives sur la qualité de la lecture des élèves en évaluant leur rendement.

En clair, les Français de CM1 testés sont capables de répondre à des questions simples du type quel est le personnage principal, où se passe l’histoire. Cependant, quand on passe à de l’interprétation, c’est plus compliqué. Argumenter à partir d’éléments informatifs du texte pour bâtir un raisonnement, en déduire quelque chose ou même se forger sa propre opinion apparaît plus laborieux.

Pour aller plus loin: ici vous aurez tout le détail du cadre de l’étude PIRLS avec la base des évaluations et ses résultats. Sinon pour une lecture plus claire c’est sur le site du gouvernement.

Alors comment votre enfant va apprendre à lire cette année?

Si vous habitez en France, il est bien de savoir que le gouvernement ne se positionnait pas sur les méthodes d’apprentissage de lecture jusqu’à depuis peu. Les enseignants pouvaient autant utiliser la méthode syllabique, que la méthode globale de lecture que des méthodes mixtes. C’est depuis avril 2018 que le ministre de l’Education (Jean-Michel Blanquer) à envoyait une circulaire aux enseignants du primaire pour privilégier la méthode syllabique. Ainsi “un cadre” d’enseignement commun est donné à tous les instituteurs. Il créait ainsi une référence commune de méthode sur laquelle tous les enseignants devront s’appuyer pour enseigner la lecture. Cette méthode est maintenant prouvée par les neurosciences comme étant la plus efficace. Il préconise également un manuel de lecture unique et qui ferait le lien entre l’école et les parents pour que ces derniers puissent rendre compte des progrès de leurs enfants et de leurs apprentissages dans le domaine.

Franck Ramus, directeur de recherche au CNRS à dit: “C’est la supériorité des approches phoniques qui est établie, à savoir l’association du son et de l’écriture.” soit la méthode syllabique qui aurait montré plus de résultats.

Concrètement que se passe t-il dans le cerveau lorsqu’on lit?

Les scientifiques ont identifier à l’aide d’une IRM le “chemin de la lecture”. Soit, le réseau des connexions qui se développent dans le cerveau et plus exactement dans l’hémisphère gauche. Il s’avère être le même lorsqu’on lit et lorsqu’on parle. Le chemin du langage et donc identique au chemin des mots.  Même lorsque ceci ne sont pas prononcé à voix hautes et seulement photographiés avec les yeux.

Franscesco Dequevedo: lire est donc bien “entendre avec les yeux”!

Avant tout il est important de garder en tête qu’un enfant peut savoir lire à 4 ans alors qu’un autre sera prêt vers 6 ou 7 ans. Rappelez-vous, parents, qui avez beaucoup d’ambitions pour votre progéniture et qui naturellement, voulait qu’il réussisse, que votre enfant n’est pas un robot. Ce n’est pas un ordinateur dans lequel on rentre des informations qui seront transformées et régurgitées en savoir ou en apprentissage fonctionnels. Si l’être humain avançait comme tel, on évoluerait dans un autre monde.

Au lieu de ça, il y a des êtres humains, imparfaits et tous différents. Chacun évolue à son rythme et à hauteur de ses capacités. Et c’est encore plus vrai pour un enfant.

Et si votre enfant est en âge préscolaire (3 à 5 ans) et a une envie pressante d’apprendre à lire. Comment y répondre?

Encouragez le! Cela peut sembler évident, mais il est bon d’encourager et d’accompagner un enfant qui veut apprendre à lire. Evitez, de dire “tu es trop petit pour apprendre à lire” ou “il faut que tu attendes d’entrée en CP”. Ou encore, “attend un peu tu apprendras à l’école”. Pourquoi? Vous freinez votre enfant, voire même vous le diminuez. Vous lui dite implicitement qu’il a tort de vouloir apprendre à lire. C’est tout l’inverse de ce que l’on souhaite au final pour notre enfant.

Si un enfant le demande c’est qu’il est prêt, que c’est le bon moment pour lui! Aussi, il est reconnu que le jeune enfant traverse la période sensible de la lecture vers 4 ans et parfois avant ! Alors profitez en pour débuter pas à pas avec lui. Son envie sera peut-être comblé par un petit rien. Et si jamais il en redemande, vous pourrez l’amener en douceur vers la lecture et le préparer pour le CP.

Apprenez d’abord à l’enfant à CODER avec un alphabet mobile en associant les phonèmes aux graphèmes. Ensuite l’enfant va se relire et apprendre ainsi naturellement à décoder les mots.

Site de Céline alvarez pour apprendre l’accompagnement didactique.

Support: vidéo de Céline Alvarez  avec des supports à télécharger avec des mots et leurs correspondance photos, syllabes, lettre etc…. soit des pochettes de lecture.

Son livre 

Pourquoi l’adulte influence le développement du cerveau de son enfant?

Aujourd’hui j’aimerais vous partager une conférence du pédiatre Catherine Gueguen, qui nous parles des découvertes en neurosciences affectives.

A la fin de l’article vous trouverez la vidéo complète.

Mais avant en voici un petit résumé:

C’est seulement depuis 15 ans que les neurosciences affectives sont étudiées aux états-unis et pas du tout en France. Antonio Damasio, est le premier chercheur neurologue à avoir parlé des émotions en 1995.  C’est depuis cette date que le circuit cérébrale des émotions est connu.

En France les chercheurs se sont consacrés à étudier les neurosciences cognitives. Soit, tout ce qui concerne l’intellect, la mémoire, les apprentissages, la pensée.

Les neurosciences affectives concernent les émotions, les sentiments et les capacités relationnelles.

Alors, que nous montrent ces études et quelles sont les découvertes?

  • Les chercheurs ont mis au clair les modifications du cerveau et même de la génétique d’un enfant en fonction de ses expériences vécus (épigénétiques). l’environnement sociales et affectifs modifie le cerveau. Donc le comportement d’un adulte sur un enfant peut avoir des effets aussi bien néfastes que bénéfiques sur l’ensemble de son développement.
  • L’enfance et la petite enfance est fondamentale pour la construction de l’être humain. Tout ce joue dans l’enfance. C’est quelque chose que l’on savait déjà instinctivement mais maintenant c’est clairement démontré.
  • A travers cette conférence le Dr Gueguen explique les différences de fonctionnement d’un cerveau adulte et d’un cerveau enfant. Elle explique pourquoi le cerveau de l’enfant est immature et pourquoi il ne peut physiquement pas avoir un comportement toujours en correspondance avec ce que l’adulte attend de lui. Exemple: Qu’il sache se calmer seul ou qu’il ne fasse pas de colère.
  • Elles nous montrent l’importance de la prise en compte des émotions comme connaissance et conscience de soi. Les émotions sont biologiques. On ne les contrôle pas. Ce n’est ni bien ni mal. Ce sont simplement des signaux sur nos besoins et souhaits les plus profonds. Il est donc extrêmement important de favoriser leur expression chez l’enfant. Pour lui permettre ensuite de les nommer, et permettre à son cerveau de maturer. En ayant la connaissance de ses émotions, Il aura les outils nécessaires pour faire des choix dans sa vie futur. Des choix qui seront bon pour lui, en accord avec ce qu’il est.

Quand dans l’enfance il y a des humiliations verbale ou physique, l’enfant se déconnecte de ses émotions pour ne pas souffrir, donc il ne va pas pouvoir se connaître. C’est fondamentale que l’enfant puisse parler de ses émotions pour savoir ce qu’il souhaite profondément.

Que se passe t-il dans le cerveau?

cerveau humain en trois dimensions pour mieux comprendre le développement du cerveau
By Images are generated by Life Science Databases(LSDB). [CC BY-SA 2.1 jp (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.1/jp/deed.en)], via Wikimedia Commons

On sait désormais, et pour schématiser un peu, que l’on a trois cerveaux:

  1. Le cerveau archaïque ou reptilien: amygdales, que l’on a en commun avec les reptiles. En rouge sur le schéma.
  2. le cerveau émotionnel: l’hippocampe. C’est le cerveau que tous les mammifères ont en commun. Sur le schéma ce sont les deux trompes reliées aux amygdales.
  3. et le cerveau supérieur: le lobe ou cortex préfrontal. C’est celui qui nous différencie des grands singes. Le cerveau tout à fait au dessus et qui englobe le tout.

Les amygdales cérébrales sont le centre de la peur. C’est à cet endroit que sont sécrétées les molécules de stress comme le cortisol et l’adrénaline. C’est aussi ici que sont stockés pour toute la vie, les souvenirs même intra-utérin, de façon inconsciente. Les recherches montrent que faire peur à un enfant est extrêmement délétère car il n’a  pas la capacité physique de réguler ces émotions.

Le circuit émotionnel, l’hippocampe est très immature entre 0 et 5 ans. Les études ont démontré que les molécules de stress produites dans les amygdales frêne la croissance des neurones dans l’hippocampe, diminue leur nombre et fini même par les détruire. La sécrétion de cortisol et d’adrénaline est donc très nocive pour la maturation de l’hippocampe.

C’est aussi pour cette raison qu’il faut arrêter de raconter des histoires de monstres, de sorcières et de loups avant 5 ans. L’enfant ne peut pas y faire face.

le développement cérébral se passe les 5 premières années mais la maturation cérébrale se fait jusqu’à 25 ans.

C’est le cortex préfrontal, si il fonctionne correctement, qui permet de réguler nos émotions. Il permet de se calmer et de prendre les bonnes décisions face à nos émotions. Hors avant 5 ans ce cortex n’ai pas encore développé.

l’apprentissage et la mémoire font partie du cerveau émotionnelle. C’est dans l’hippocampe.

Enfin, le cortex orbitofrontal (petite partie devant le cortex préfrontal) est le dernier à se développer et c’est lui qui régule nos comportement émotionnels et sociaux.

Mais alors qu’es-ce qui est nécessaire au bon développement de l’être humain et qu’es-ce qui l’entrave ?

Les études montrent qu’un enfant élevé avec violence va obligatoirement devenir violent.

C’est l’entourage qui va faire que le cerveau va maturer ou pas. Si on a un bon entourage, on va savoir gérer ses émotions.

Lorsqu’un enfant subi un stress, il a absolument besoin d’être rassuré, réconforté, consolé, apaiser. Lorsqu’il a des émotions désagréables, il a besoin d’aide pour retrouver son calme.

Notre rôle avec l’enfant: être empathique, aider l’enfant à exprimer ses émotions et savoir l’apaiser.

Si l’enfant n’a pas eu cela, il va plus tard:

-avoir des difficulté à gérer ses émotions, il aura du coup du mal à vivre sereinement

-il aura des crise d’angoisse, d’aggressivité, ou de dépression

-il ne saura pas créer de liens affectifs

-il sera incapable d’éprouver de la compassion pour autrui.

Allan schore, un des fondateur des neurosciences affectives et sociales, immense chercheur américain à montrer l’importance du cortex orbito-frontale. Tous les dysfonctionnements émotionnel sont localisés dans cette structure cérébrale.

Si l’enfant reçoit de la sécurité affective, une écoute, cette partie du cerveau va bien maturer. Il y a une poussée de croissance neuronales multipliant les circuits entre 5 et 7 ans.

Il est important pour l’adulte face à un conflit entre enfant, de répondre de façon juste, calme et empathique.

Dans le cerveau il y a également le corps calleux. Ce sont des fibres qui servent à une bonne communication entre l’hémisphère gauche et l’hémisphère droit. Pour avoir une bonne intelligence sociale, il faut que cette communication se déroule bien. Les sautes d’humeur chez l’enfant est du au corps calleux encore immature et qui fonctionne mal et qui fait une mauvaise communication entre les deux hémisphères.

l’adulte en étant empathique, compréhensif et aimant va participer au développement du corps calleux de l’enfant en aidant l’enfant à mettre des mots sur ses émotions.

Ce sont pour toutes ces raisons que l’éducation par la peur est très nocive. Elle laisse des traces extrêmement délétères à l’age adulte. Cela produit des souvenirs qui sont stockés dans l’amydales et qui vont continuer à produires des effets néfastes tout au long de la vie.

l’enfant mémorise dans son amygdales des émotions de peur mais n’enregistre rien dans son hippocampe. Hors l’hippocampe et aussi le cerveau des apprentissages.

Les chercheurs ont montrés qu’une attitude de maternage fait augmenter le volume de l’hippocampe et qu’au contraire l’éducation par la violence, fessés, humiliation, punissions etc… fais diminuer le volume de l’hippocampe.

Si on veut avoir des enfants qui apprennent bien, il faut être bienveillant avec eux.

Un taux d’adrénaline et de cortisol élevé dans le cerveau donne de l’angoisse et de la colère. Lorsqu’on rassure et console un enfant on l’aide à avoir un meilleur équilibre émotionnel. Cela favorise les facultés à penser et à se concentrer.

Je vous laisse découvrir tout ceci en détail et en image:

Elever nos enfants avec bienveillance

L’approche de la Communication NonViolente de Marshall B. Rosenberg

Ce qui suit est un résumé du livre du même titre.

Mais avant de commencer un petit mot sur l’auteur:

Marshall Rosenberg auteur de la C.N.V.

Marshall B. Rosenberg était un enseignant de la Communication Non Violente et plus généralement un ambassadeur pour la paix.
C’est dans son enfance que tout commence. On est dans les années 50. Marshall vit à Détroit. Les tensions raciales sont quotidiennes et la violence fait partie de l’atmosphère de la ville. De plus, à l’école il découvre à ses dépends qu’un nom peut suffire à déclencher de la haine. Il est alors victime d’antisémitisme. Ces événements vont êtres le point de départ de sa quête. Il va alors trouver une alternative, un mode d’expression qui saurait calmer toute cette violence.

Il devient Docteur en psychologie clinique en 1961.

En 1980, il met au point la Communication Non Violente,   une autre façon de penser, de s’exprimer et d’exercer son pouvoir, qui se différencie nettement de celle dont la plupart des gens dans le monde ont été éduqués à communiquer et à interagir. 
Il fonde son association pour enseigner et promouvoir cette méthode à travers le monde. Il s’entoure de formateurs et va voyager dans plus de 40 pays (y compris des pays en guerre) pour intervenir en tant que médiateur dans les conflits et promouvoir la paix. Il interviendra auprès de pédagogues, élèves et étudiants, parents, dirigeants et personnel d’entreprise, professionnels de la santé physique et mentale, avocats, juges, prisonniers, agents de police, religieux, etc.
Il décède à Albuquerque , le 07/02/2015.

La violence, quelle que soit sa forme, est une expression tragique de nos besoins insatisfaits
Marshall B. Rosenberg

Le résumé de “Elever nos enfants avec bienveillance”:

Ce livre peut se dévorer en une seule fois puisqu’il est très court (96 pages) et très synthétisé.

L’avant-propos est la présentation de la Communication NonViolente en trois points:

  1. Satisfaire les besoins de chacun.
  2. Privilégier la coopération plutôt que la compétition.
  3. L’être humain aime naturellement contribuer au bien-être des autres.

Dans l’introduction, et les trois chapitres qui suivent, l’auteur explique l’importance de considérer l’enfant comme une personne égale à soi et non un “sous-être humain”. Il fait ensuite le constat des effets négatifs du pouvoir, de la contrainte et du contrôle de l’environnement en faisant l’usage de punitions, ou de récompenses.

Les trois chapitres suivants abordent l’idée qu’il faut penser en terme de besoin et non de moral ou de jugement. De cette façon vous améliorerez votre bien-être et celui des vos enfants.

Ensuite, il préconise de préparer ces enfants à ce qu’il soient confrontés (à l’école, ou même dans leur environnement proche, famille, amis) à des personnes qui voudraient employer avec lui des méthodes coercitives évoquées précédemment. Il suggère en quelque sorte de faire un pas de coté. De ne pas se sentir visé directement mais d’entendre les sentiments et les besoins de l’autre.

Voici une histoire avec son fils pour illustré ceci:

Un jour de rentrée des classes, un enseignant lui lance: “regardez moi cette petite fille”. Il avait alors les cheveux tombant sur les épaules. Il s’est souvenu de ce que lui avait dit son père. “Ne laisse jamais à quiconque le pouvoir de t’obliger à te soumettre où à te rebeller.” Le petit garçon de l’époque a alors compris que le professeur était irrité et qu’il voulait qu’il se fasse couper les cheveux.  Puis il à observé que l’homme était chauve et que les cheveux étaient vraiment un problème pour lui. 🙂

Au neuvième chapitre, il explore quel type de choix peut on laisser aux enfants afin qu’ils puissent mieux prendre leur vie en main. il fait une expérience avec ses propres enfants en leurs délégants un certain nombre de décisions qu’il prendrait habituellement. Exemple, une personne donne trois bonbons. C’est le “Capitaine” des enfants (désigné à l’avance) qui les prend et qui décide ce qu’il va en faire. Soit tous les manger ou les partager avec son frère et sa soeur. Cette méthode, il va l’utiliser dans dans le but de leur apprendre la notion d’interdépendance.

Ensuite il dit qu’il faut bien faire la distinction entre l’usage de la force punitive pour un besoin protecteur (lorsqu’un enfant va par exemple se mettre en danger ou mettre en danger quelqu’un) ou alors pour simplement punir dans un but de faire regretter à l’enfant se qu’il à fait.

Il préconise à ce moment-là, une fois l’action passée et donc l’utilisation de la force employé, de se demander quel était notre but? Protéger ou punir? Il dit de vérifier nos pensées au moment de l’acte. Une personne qui agit comme ça pour punir, a porté un jugement moralisateur, du type “tu as faits quelque chose de mal, tu mérites d’être puni et tu dois payer pour ce que tu as fait.” Voilà le principe de base de la punition. Il dit aussi que “la punition est en fait une croyance selon laquelle l’être humain est une créature fondamentalement pécheresse et pervertie, qui ne peut être ramené sur le droit chemin qu’au travers de la pénitence…et le moyen qu’il fasse pénitence, consiste à le punir afin qu’il souffre à son tour”. Et les moyens peuvent-être divers et variés comme la punition physique ou alors morale qui tend à essayer de susciter de la honte ou de la culpabilité chez l’autre pour qu’il finisse par se haïr lui-même.
Pour résumer, parfois l’usage de la force peut-être nécessaire dans un premier temps mais la communication à but éducative doit toujours venir ensuite.

Enfin, en conclusion l’auteur dit qu’il vaut mieux en tant que parents s’entourer de personnes qui sont dans la même démarche d’éducation pour être soutenu dans cette grande aventure de parent bienveillant et de se rappeler que “personne n’est parfait”. Penser à rester indulgent avec soi-même pour continuer à élever ses enfants dans le respect de leurs besoins et également de nos propres besoins.

Les dernières pages sont consacrées à donner des exemples de sentiments liée aux besoins satisfaits et non satisfaits. Il y a aussi une liste des besoins fondamentaux qui nous animent tous. Et enfin une méthode sous forme de tableau pour pratiquer la C.N.V.

J’espère que ce résumé vous aura apporté des réponses.

Si vous avez des questions n’hésitez pas à me laisser un commentaire.

Comment encourager vos enfants à lire pendant l’été?

Plus les enfants lisent, mieux ils deviennent lecteurs!

Et quoi de mieux que les grandes vacances d’été pour cultiver le plaisir de lire et conserver par la même occasion ces acquis de l’année scolaire?

lire en été

Voici 10 conseils simples pour encourager la lecture pendant les vacances estivales:

1. Installez un rituel de lecture, si ce n’est pas déjà fait pendant l’année, (sinon continuez pendant les vacances) le soir ou le matin. Bref, prévoyez un moment dans la journée, toujours le même endroit et à la même heure. Parce que si vous en faites une habitude, la lecture s’encrera naturellement dans le quotidien de votre enfant. De cette façon il sera plus facile d’encourager votre enfant à lire. Proposez lui qu’il lise avec vous, un paragraphe chacun, une phrase chacun ou même l’histoire complète si il le souhaite! Ceci dit gardez en tête que,  le plus important est que ce moment de partage avec lui reste un plaisir pour chacun d’entre vous. Si il préfère que vous lisez sans sa participation alors c’est ok. Lisez lui l’histoire et la prochaine fois peut-être que ce sera lui qui vous proposera de participer.

Continue reading →

Partir en livre où quand les livres s’exposent au soleil!

Partir en livre, C’est quoi? Pour ceux qui se seraient réfugiés au fin fond d’une grotte pour s’adonner à la peinture rupestre et autres expérimentations de vie en autarcie, depuis au moins quatre ans, c’est la grande fête d’été du livre pour la jeunesse. Souhaité par le ministère de la culture et organisé par le Centre National du Livre (CNL), son but est de promouvoir la lecture auprès des jeunes.

Cette année l’affiche est signée Kitty Crowther.

Partir en Livre poster 2018

Ok mais alors concrètement, il se passe quoi? D’abord, Le CNL propose ses propres événements. Comme un festival du livre avec différentes activités plutôt dédiées aux ados, qui durent une journée et qui sont organisés dans quartes villes différentes. Cette année c’est le 12 juillet à Saint-Dié-des-Vosges, le 16 juillet à Gruissan, le 18 juillet à Bordeaux et le 20 juillet à Rouen. 

Il y a aussi des événements “régionaux labellisés”, et donc soutenus financièrement par le CNL comme par exemple à Belfort (90) Les Ateliers polychromes, une bibliothèque de plage, ou encore  en Auvergne, l’association LIRA qui propose des bibliothèques éphémères avec des ateliers avec des illustrateurs(rices) dans des lieux historiques des différentes villes du territoire. Voir la programmation complète de LIRA ici.

Enfin bref, il y en a 77 répartis sur toutes les régions de France, autant dire un peu partout ! La liste est .

Et puis, il y a aussi des événements “référencés”, c’est-à-dire organisés par tout porteur de projet qui référence son animation sur l’agenda national en ligne et qui en échange est soutenu en terme de communication par le CNL. Par exemple, sur la route des vacances, sur différentes aires de repos vous pourrez profiter d’espaces aménagés pour lire avec vos enfants.

Sur le site dédié vous pourrez trouver une sélection de lecture d’été par tranche d’age plutôt fourni. En voici quelques un à titre d’exemple:

Âge : Dès 5 ans

Date de parution : 04/06/2014

Age: Dès 2 ans

Date de parution : 08/05/2000

ou encore:
 Etc…

J’allais oublier, c’est GRATUIT, alors profitez-en pour faire participer vos enfants.

Si vous avez déjà participé à un événement de “Partir en livre” avec votre enfant dans votre ville, n’hésitez pas à me partager votre expérience dans les commentaires, je serais heureuse de connaitre votre feedback.

VIVE LES VACANCES!

au édition Gallimard jeunesse musique
Album plus CD pour les 4/7 ans
Les vacances approches à grands pas! Quoi de mieux qu’un bon livre/disque pour écouter sur la route des vacances, chanter, lire, s’amuser sur la plage, faire des rébus et résoudre des charades?
Cet album est une ode à la détente.
Votre enfant apprendra à dessiner des crabes, des moulins, des hiboux…à créer des ombres chinoises et à reconnaître les empreintes! Il y a même une recette de crêpes  pour ceux qui ont envie de se régaler. Le tout sur 37 pages.
intérieur album”Vive les vacances!” de Romain Didier et Aurélie Guillerey
Quant aux chansons, il y en a 12 sur environ 1 heure d’écoute.
intérieur album”Vive les vacances”! de Romain Didier et Aurélie Guillerey
Chanson piste 3
Vous entendrez des voix d’enfants et des instruments bien distinctifs comme le piano, le violon, un peu de xylophone,  de guitare sèche et autres sons comme celui du tambourin.
Parfait pour aiguiser l’oreille musicale de votre bambin en jouant avec lui à identifier les différents instruments de musique avec leur son!
Ci-dessous et en image, quelques une de celles-ci:
intérieur album”Vive les vacances!” de Romain Didier et Aurélie Guillerey
Chanson piste 4

Et aussi parce que les vacances c’est pas seulement la plage et la mer…

intérieur album”Vive les vacances”! de Romain Didier et Aurélie Guillerey
Chanson piste 7

Et pour finir, la quatrième de couverture :

4ème de couverture “vive les vacances”

Pour en savoir plus sur l’auteur et interprète Romain Didier c’est .

Pour en savoir plus sur l’illustratrice Aurélie Guillerey c’est ici.