Apprentissage de la lecture: Comment l’aborder sereinement?

Votre enfant rentre en CP, restez zen!

 

Tout d’abord, faisons un petit tour d’horizon des méthodes pratiquées jusqu’à aujourd’hui et celle qui doit être enseignée en France depuis avril 2018: 

Dans les années 1970 à 1980, on utilisait la méthode dite “Globale“. Cette méthode consiste à apprendre un mot en le “photographiant” ou en le devinant par son contexte. Cette méthode aurait pris naissance en Belgique et serait arrivée en France dans les années 20. Elle fut assez rapidement abandonnée par le constat de l’échec qu’elle engendrait.

Une autre méthode, dite “syllabique” quant à elle apparaît à la fin du 19e siècles. Elle consiste à d’abord apprendre les sons (phonèmes) et les ensembles de lettres (graphèmes) pour ensuite identifier les mots. C’est cette correspondance phonème/graphème qui permet de déchiffrer tous les mots. Elle est perçue comme apportant une base solide et fiable de l’apprentissage de la lecture.

Dans la réalité et très tôt (années 1950) apparaît également des méthodes dites “mixtes” qui combines les deux approches. C’est ce qui était en grande majorité pratiqué dans les écoles jusqu’à aujourd’hui.

Concrêtement, quelles sont les résultats de ses méthodes d’apprentissage dites mixtes? 

On sait qu’en France, à l’entrée en 6ème, 20% des enfants ont des difficultés à lire.

Selon une étude baptisée Pirls (Progress in International Reading Literacy Study, Programme international de recherche en lecture scolaire), publiée tous les cinq ans et paru pour la dernière fois en décembre 2017, mené en 2016, dans 50 pays sur des enfants de 9 à 10 ans, les Français arriveraient 34e au classement et dernier sur les pays européens. Cette étude récupère des données comparatives sur la qualité de la lecture des élèves en évaluant leur rendement.

En clair, les Français de CM1 testés sont capables de répondre à des questions simples du type quel est le personnage principal, où se passe l’histoire. Cependant, quand on passe à de l’interprétation, c’est plus compliqué. Argumenter à partir d’éléments informatifs du texte pour bâtir un raisonnement, en déduire quelque chose ou même se forger sa propre opinion apparaît plus laborieux.

Pour aller plus loin: ici vous aurez tout le détail du cadre de l’étude PIRLS avec la base des évaluations et ses résultats. Sinon pour une lecture plus claire c’est sur le site du gouvernement.

Alors comment votre enfant va apprendre à lire cette année?

Si vous habitez en France, il est bien de savoir que le gouvernement ne se positionnait pas sur les méthodes d’apprentissage de lecture jusqu’à depuis peu. Les enseignants pouvaient autant utiliser la méthode syllabique, que la méthode globale de lecture que des méthodes mixtes. C’est depuis avril 2018 que le ministre de l’Education (Jean-Michel Blanquer) à envoyait une circulaire aux enseignants du primaire pour privilégier la méthode syllabique. Ainsi “un cadre” d’enseignement commun est donné à tous les instituteurs. Il créait ainsi une référence commune de méthode sur laquelle tous les enseignants devront s’appuyer pour enseigner la lecture. Cette méthode est maintenant prouvée par les neurosciences comme étant la plus efficace. Il préconise également un manuel de lecture unique et qui ferait le lien entre l’école et les parents pour que ces derniers puissent rendre compte des progrès de leurs enfants et de leurs apprentissages dans le domaine.

Franck Ramus, directeur de recherche au CNRS à dit: “C’est la supériorité des approches phoniques qui est établie, à savoir l’association du son et de l’écriture.” soit la méthode syllabique qui aurait montré plus de résultats.

Concrètement que se passe t-il dans le cerveau lorsqu’on lit?

Les scientifiques ont identifier à l’aide d’une IRM le “chemin de la lecture”. Soit, le réseau des connexions qui se développent dans le cerveau et plus exactement dans l’hémisphère gauche. Il s’avère être le même lorsqu’on lit et lorsqu’on parle. Le chemin du langage et donc identique au chemin des mots.  Même lorsque ceci ne sont pas prononcé à voix hautes et seulement photographiés avec les yeux.

Franscesco Dequevedo: lire est donc bien “entendre avec les yeux”!

Avant tout il est important de garder en tête qu’un enfant peut savoir lire à 4 ans alors qu’un autre sera prêt vers 6 ou 7 ans. Rappelez-vous, parents, qui avez beaucoup d’ambitions pour votre progéniture et qui naturellement, voulait qu’il réussisse, que votre enfant n’est pas un robot. Ce n’est pas un ordinateur dans lequel on rentre des informations qui seront transformées et régurgitées en savoir ou en apprentissage fonctionnels. Si l’être humain avançait comme tel, on évoluerait dans un autre monde.

Au lieu de ça, il y a des êtres humains, imparfaits et tous différents. Chacun évolue à son rythme et à hauteur de ses capacités. Et c’est encore plus vrai pour un enfant.

Et si votre enfant est en âge préscolaire (3 à 5 ans) et a une envie pressante d’apprendre à lire. Comment y répondre?

Encouragez le! Cela peut sembler évident, mais il est bon d’encourager et d’accompagner un enfant qui veut apprendre à lire. Evitez, de dire “tu es trop petit pour apprendre à lire” ou “il faut que tu attendes d’entrée en CP”. Ou encore, “attend un peu tu apprendras à l’école”. Pourquoi? Vous freinez votre enfant, voire même vous le diminuez. Vous lui dite implicitement qu’il a tort de vouloir apprendre à lire. C’est tout l’inverse de ce que l’on souhaite au final pour notre enfant.

Si un enfant le demande c’est qu’il est prêt, que c’est le bon moment pour lui! Aussi, il est reconnu que le jeune enfant traverse la période sensible de la lecture vers 4 ans et parfois avant ! Alors profitez en pour débuter pas à pas avec lui. Son envie sera peut-être comblé par un petit rien. Et si jamais il en redemande, vous pourrez l’amener en douceur vers la lecture et le préparer pour le CP.

Apprenez d’abord à l’enfant à CODER avec un alphabet mobile en associant les phonèmes aux graphèmes. Ensuite l’enfant va se relire et apprendre ainsi naturellement à décoder les mots.

Site de Céline alvarez pour apprendre l’accompagnement didactique.

Support: vidéo de Céline Alvarez  avec des supports à télécharger avec des mots et leurs correspondance photos, syllabes, lettre etc…. soit des pochettes de lecture.

Son livre 

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
    6
    Partages
  • 6
  •  
  •  
  •  

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.