Cinq minutes et des sablés

Publié par nathalie le

Cinq minutes et des sablés : où l’importance du temps qui passe

C’est l’histoire d’une petite vieille qui s’ennuie terriblement. Les années ont passé. Personne ne vient plus la voir. À présent, elle est seule et repliée sur elle-même. Alors, pour tuer le temps qui passe, elle a décidé d’attendre Madame la Mort. Mais qu’elle rapport avec des sablés direz-vous ? Et pourquoi cinq minutes ?

première de couverture

Auteur : Stéphane Servant,
Illustratrice : Irène Bonacina,
Parution : 07/01/2015,
Éditeur : DIDIER JEUNESSE (30/09/2015),
À partir de 7 ans

5 minutes de plus ou 5 minutes de moins, quelles importance ?

C’est une sorte de fil d’Ariane de l’album. Page après page, l’auteur nous répète cette phrase, un peu comme le refrain d’une comptine : cinq minutes de plus ou cinq minutes de moins, quelle importance ? Comme pour marteler au lecteur, de porter justement, son attention sur ces minutes qui s’écoulent. Car c’est ici, tout le thème de l’album. À travers la réalité de la mort, il y a cette notion sous-jacente de temps qui passe. Faut-il s’inquiéter des minutes, des heures ou des jours qui défilent ? Ou tout simplement les vivres pleinement ? Et c’est là que les sablés entrent en scène, ou plutôt dans l’histoire. 🙂

Des sablés pour Madame la Mort

La petite vieille avait tout préparée pour l’arrivée de Madame la Mort. Il lui resté que ces chaussures à mettre. Alors, polie, et pour faire patienter cette personne qui lui rendait visite, elle lui propose un thé avec des sablés. La mort adore ça. Alors la petite veille, enthousiaste, se met à préparer d’autres gâteaux pour son invité. Cinq minutes de plus ou cinq minutes de moins, Madame la Mort à bien le temps de déguster ses préparations ? Ainsi, se mettant en activité et heureuse de faire plaisir à quelqu’un, elle reprend goût à la vie.

intérieur album Cinq minutes et des sablés

Se mettre en mouvement pour vivre

Toutes les deux se mettent à discuter, à jouer ensemble. Avec pour prétexte, un petit chat qui passer par là, alléché par l’odeur de la cuisine. Elles rient beaucoup. La maison de la petite vieille devient pleine de vie. Ce qui attire d’autre personne qui ainsi, rendent visitent à la petite-vieille. Tour à tour se succède, Kenza la voisine, puis c’est au tour de Monsieur Igor, joueur de violon, puis tous les gens du quartier. Et même les enfants et les petits-enfants de la petite vieille, qu’elle n’avaient pas vus depuis si longtemps. Ils dansent, ils jouent, ils rient et chantent toute la soirée. “Si bien que la petite vieille n’a pas vu le temps passer.” Ainsi, on peut se demander, si elle a toujours envie de faire le grand voyage avec Madame la Mort ? Pas si sûr.

La prise de conscience

Minuit arrive. La petite vieille demande, inquiète, à Madame la Mort, si c’est déjà l’heure de partir ? Heureusement, Madame la Mort lui répond qu’il est trop tard pour aujourd’hui. Elle reviendra un autre jour. Et lui lance :

“Profite bien du temps qui passe petite vieille !”

Et la petite vieille s’en retourne vers tout le monde pour, danser,
s’amuser et faire des sablés .

Les enseignements de l’album

Je trouve cet album terriblement beau. Il enseigne l’importance du temps qui passe et cette idée d’en prendre concience assez tôt pour pouvoir en profiter. Se délecter de chaque instant, avec les plaisirs simples de la vie, voilà l’essentiel. Comme rire, chanter, danser et déguster des sablés entre amis.
A travers la visite de la mort, c’est une ode à la vie que l’auteur Stephane Servant célèbre ici. Le récit est merveilleusement bien mené. Ce qui le rend très émouvant.

Aussi, l’album interpelle sur la solitude des personnes agées et l’importance de leurs rendrent visite. Au fil de la lecture, vous pouvez amener votre enfant à prendre conscience que ses grand-parents ne sont pas éternelles et que d’ailleurs, personne ne l’est. Une notion au final, assez compliqué à intégrer pour un enfant.

Conclusion

Voilà un album qui entre incontestatblement dans mes coups de coeur !

Car, ce livre m’a rappelé à quel point, quand la mort vous rend visite, vous prenez conscience du temps qui passe. Et j’en profite pour faire une dédicace à ma maman diparue.

Il a reçu plusieurs prix dont celui des incorruptibles, le 29e Prix (2017/2018) pour le niveau des ce1.

Alors si vous aussi, vous voulait aborder ces thèmes plutôt délicats avec poésie et humour, tout en célèbrant la vie, courrez vous procurrer cet album si singulier mais tellement beau en cliquant sur l’image ci-dessous.

l'odyssée pédagogique
Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
    5
    Partages
  • 4
  •  
  • 1

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.