Pourquoi la méthode “sans perdant” est-elle efficace?

Dans le précédent article j’expliquais en quoi consistait la méthode sans perdant dans la résolution de conflit avec son enfant (ou même avec un adulte) et qu’elles en étaient les étapes.

Alors pourquoi cette méthode est-elle efficace et pourquoi est-il bénéfique de l’enseigner à ses enfants ?

La première est bien sur que l’enfant étant impliqué dans la recherche de solution, il sera plus à même de respecter le choix fait d’un commun accord avec son parent ou un autre enfant.

La seconde est que cette méthode amène par essence des solutions de très bonnes qualités puisqu’elles vont être sur mesure en fonction de chaque individu et de chaque situation. Il n’y a pas de réponse toute faite à un problème.

La troisième est qu’elle va développer les capacités de votre enfant à penser, à imaginer de façon créative des solutions. En fait, c’est un exercice de raisonnement autant pour le parent que pour l’enfant. Les deux font face à une énigme et doivent employer leur capacité d’invention et de déduction.

 

La quatrième est qu’il y aura moins d’hostilité et de ressentiment. En fait, cette méthode est comme une négociation débouchant sur une solution qui satisfera tout le monde. Donc chacun reste en bon terme et continu à avoir de l’affection, de l’amour et du respect pour l’autre. Les parents et les enfants sentent non seulement que le conflit a été réglé, mais chacun apprécie chaleureusement la bonne volonté de l’autre à considérer ses besoins et à respecter ses droits. De cette manière cette méthode consolide et approfondit les relations.

La cinquième est qu’elle demande moins de rappels, de vérifications ou de mise en garde pour faire appliquer la solution puisque une fois que les deux parties ce sont mis d’accord sur une solution acceptable, ils l’appliquent généralement. Contrairement à la première méthode ou l’enfant se sent forcé et qu’il ressent la solution imposé par son parent comme inacceptable.

La sixième est qu’elle élimine le besoin de pouvoir. Plus de combat entre parent et enfant mais plutôt un travail commun à une tâche commune. Sans lutte de pouvoir les enfants développent moins de mécanisme de résistance ou de rebellion. Plus non plus d’habitude de soumission ou de démission passive. Beaucoup moins de besoins d’évasion ou de fuite, plus de besoins de se venger etc…

La septième est qu’elle traite le problème à fond. Ceci car l’enfant à l’occasion d’exprimer ses sentiments ce qui permets aux parents et à l’enfant lui-même de mieux saisir le problème.

Cette troisième méthode est une façon de traiter les enfants comme des adultes. Elle leur plait d’ailleurs beaucoup car elle leur montre aussi qu’on leur fait confiance et qu’on les traite d’égale à égale.

Pour aller plus loin:

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •   
  •  
    2
    Partages
  • 2
  •  
  •  
  •  

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.